Certificat Fédéral

J’ai obtenu mon certificat fédéral de capacité de peintre en automobile (CFC) en 2008. En suisse c’est un diplôme qui prouve que t’es qualifié pour exercer une profession. Aujourd’hui c’est un apprentissage de 4 année, ou tu vas travailler dans la profession pendant 4 jours et pendant une journée tu vas à l’école professionnelle.

Voici comment j’en suis arrivé à cet apprentissage.

A 14 ans, je vivais chez mon père, à Genève. Ma passion c’était mon vélomoteur, j’adorais la mécanique. Quand j’avais 15 ans, mon père a du quitter la Suisse.  Je me suis retrouvé seul, car toute ma famille était en Russie. Mon père venait quelques jours tous les deux mois et me laissait un peu d’argent pour vivre. C’était censé être une situation temporaire mais qui ne s’est jamais terminée. Moi j’adorais ! j’étais libre de faire ce que je voulais! La seule limite c’était le fric!

Du coup à 16 ans j’ai commencé à bosser les soirs à dominos pizza et j’avais aménagé un petit atelier de peinture moto où je faisais un peu de black pour investir dans mes passions : le stunt et la carrosserie.

A l’école  j’étais un cancre, je dormais pendant les cours. J’ai foiré toutes les écoles, même les écoles privées. Je suis parti faire mon service militaire sans aucun diplôme. 

Après l’armée j’ai commencé un apprentissage de peintre en carrosserie.  J’étais le cauchemars de mes employeurs car je supportait  pas l’autorité du coup en trois ans j’ai bossé pour environ une 30aine d’employeurs. Je tenais même un listing.

A l’école professionnelle c’était l’inverse, j’étais le chouchou des professeurs car j’étais passionné par le métier.  Je sortais du lot, en 20ans je suis le seul carrossier qui a sauté une classe. J’avais 5.5 de moyenne sur 6. Et j’ai fait mon apprentissage en deux ans au lieu de trois.

À l’examen final j’avais foiré la pratique, un échec difficile à digérer pour le gamin prétentieux que j’étais.  Sans diplôme je me suis alors mis officiellement à mon compte, et j’ai repassé le CFC (diplôme suisse) l’année suivante en candidat libre. J’avais mon premier diplôme en poche!